Pathologie du fer chez l’adulte et l’enfant

215

Bases physiologiques

La capacité d’oxydo-réduction du fer (Fe2 + ↔ Fe3 +) est fondamentale pour le transport de l’oxygène, et de nombreuses activités enzymatiques. Elle peut aussi entraîner la formation de dérivés réactifs de l’oxygène qui sont toxiques.L’organisme contient 3 à 4 g de fer. Insoluble, il n’existe pas à l’état libre mais sous forme de complexe : la majorité du fer fonctionnel est sous forme héminique dans l’hémoglobine (2,5 g).

Moins de 10 % du fer alimentaire est absorbé (± 1 mg/j), ce qui compense les pertes naturelles (desquamation).

L’absorption est effectuée par les entérocytes du duodénum et la partie proximale du jéjunum (fig. 5.1).

Au niveau des entérocytes, le fer peut alors être utilisé par la cellule, stocké sous forme de ferritine, ou exporté par la ferroportine vers le plasma.

Une autre voie d’entrée du fer dans le plasma est le recyclage des érythrocytes par les macrophages : après dégradation du noyau hème, le fer sera stocké sous forme de ferritine ou exporté par la ferroportine vers le plasma.

Dans le secteur plasmatique, le fer est pris en charge par la transferrine. Chaque molécule de transferrine peut transporter le fer et le distribuer à l’ensemble des cellules par le biais d’une endocytose du couple transferrine chargée en fer/récepteur de la transferrine.

En l’absence de système d’excrétion actif, la régulation du métabolisme du fer se fait au niveau de l’absorption. L’hepcidine, synthétisée par le foie, va inhiber la ferroportine inhibant l’export du fer vers le plasma par les entérocytes et les macrophages (fig. 5.2). Le fer bloqué dans les cellules sera donc éliminé par la desquamation des entérocytes.

La réserve de fer dans l’organisme est comprise entre 0 et 1 g de fer, stocké sous forme de ferritine, essentiellement dans le foie, la moelle osseuse et la rate.

Exploration biologique du métabolisme du fer

Ferritine

C’est l’examen de première intention pour évaluer le stock en fer. Les valeurs normales varient en fonction de l’âge, du sexe et entre les laboratoires.

La ferritine est la protéine de stockage du fer. La ferritinémie permet une évaluation quantitative approximative du stock en fer. Elle est principalement intracellulaire, le taux sérique est donc un reflet indirect du stock en fer de l’organisme : bas, il témoigne d’une carence en fer, mais élevé il ne rend pas toujours compte d’un excès de fer. Une hyperferritinémie peut être le reflet d’une lyse cellulaire significative (hépatique, musculaire, médullaire, syndrome d’activation macrophagique ou hémolytique) en l’absence d’augmentation du stock en fer, d’une augmentation de synthèse par un syndrome inflammatoire, d’une consommation d’alcool excessive, du syndrome métabolique, d’un syndrome paranéoplasique et d’une hyperthyroïdie.

L’interprétation d’une valeur de ferritine nécessite donc de prendre en compte le contexte général.

Coefficient de saturation de la transferrine

Ce coefficient est calculé à partir du dosage du fer sérique et du dosage de la transferrine. En situation normale, 20 à 45 % des sites de fixation de la transferrine sont occupés par du fer.

Le coefficient de saturation de la transferrine reflète l’activité de transport et de livraison de fer aux cellules, et ainsi le niveau de fer disponible dans l’organisme, par exemple pour l’érythropoïèse.

C’est un test sensible de la surcharge en fer, qui augmente plus précocement que la ferritine dans le cadre d’une hémochromatose, mais ne permet pas de quantifier la surcharge ou la carence.

Il se produit d’importantes variations circadiennes (maximum le matin), ainsi que d’un jour à l’autre, il peut donc être utile de répéter un dosage s’il s’avère pathologique.

Le coefficient de saturation de la transferrine peut être diminué en cas de syndrome inflammatoire par séquestration du fer dans les cellules.

Il peut inversement être augmenté en cas d’insuffisance hépato-cellulaire, de syndrome néphrotique ou de syndrome inflammatoire par diminution du taux de synthèse ou augmentation du catabolisme de la transferrine, augmentant mathématiquement le coefficient de saturation à taux de fer égal.

Autres paramètres biologiques

Le fer sérique seul n’a en soi aucun intérêt diagnostique. Il présente d’importantes variations intra-individuelles et augmente après les repas. Il ne permet pas de dépister une carence ou une surcharge et ne permet pas d’évaluer le stock en fer de l’organisme.Le récepteur soluble de la transferrine est un marqueur de l’avidité des précurseurs érythrocytaires pour le fer. En situation de carence, l’expression membranaire du récepteur de la transferrine est augmentée, entraînant une augmentation proportionnelle de sa fraction soluble. C’est un examen de deuxième intention qui est indépendant du statut inflammatoire et peut apporter une aide diagnostique dans de rares situations.

Le dosage de l’hepcidine est du domaine de la recherche.

Anémie par carence martiale

Avertissement : dans ce chapitre, seule l’anémie par carence martiale est traitée. Pour les autres causes d’anémie, se référer à un ouvrage d’hématologie.Le déficit en fer affecte près de 10 % des individus dans les pays industrialisés. La carence martiale est marquée par plusieurs étapes successives :

  •  déplétion du stock de fer ;
  •  altération de l’érythropoïèse se traduisant par une microcytose sans anémie ;
  •  anémie sidéropénique hypochrome et microcytaire (volume globulaire moyen [VGM] < 80 μ3).

Mécanismes du déficit en fer

Le déficit en fer peut résulter de 3 mécanismes, qui peuvent être associés :

  •  saignement (digestif ou gynécologique) ;
  •  malabsorption ;
  •  carence d’apport.

Perte par saignement

La carence martiale par saignement occulte est la plus fréquente.Chez l’homme et la femme ménopausée, le saignement est essentiellement digestif.

Chez la femme non ménopausée, l’origine gynécologique constitue la première cause.

Les principales causes de saignement digestif sont détaillées dans le tableau 5.1 (fig. e5.3) .

Tableau 5.1 Principales causes de saignement occulte d'origine digestive chez l'adulte.
Œsophage
  •  Œsophagite
  •  Cancer de l'œsophage
  •  Érosions intraherniaires
  •  Ulcère de Barrett
  •  Varices œsophagiennes
Estomac/Duodénum
  •  Érosions gastriques médicamenteuses
  •  Ulcère gastrique ou duodénal
  •  Cancer de l'estomac
  •  Ectasies vasculaires antrales
  •  Polype gastrique, duodénal ou ampullaire
  •  Ulcère anastomotique après gastrectomie
Intestin grêle
  •  Ulcérations médicamenteuses, en particulier par les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  •  Tumeurs (bénignes ou malignes)
  •  Lymphome
  •  Angiodysplasies
  •  Maladie de Crohn
  •  Grêle radique
  • Parasitoses (ankylostomiase)
  •  Diverticule de Meckel
Côlon/Rectum/Anus
  •  Cancer colique
  •  Angiodysplasies
  •  Recto-colite hémorragique
  •  Maladie de Crohn
  •  Polype colique > 15 mm
  •  Colite radique
  •  Hémangiomes
  •  Maladie hémorroïdaire

Les pertes de sang provenant d’autres sources sont rarement à l’origine d’une carence martiale.

La carence résulte parfois d’une pathomimie (syndrome de Lasthénie de Ferjol) où le malade (le plus souvent une femme de profession médicale ou paramédicale) provoque en cachette le saignement.

Malabsorption

Pour être absorbé, le fer inorganique (Fe2 +, Fe3 +) doit être maintenu en solution par des agents chélateurs. L’acide chlorhydrique gastrique est le facteur qui permet au fer inorganique de rester sous forme soluble.

Une malabsorption peut donc s’observer :

  •  en cas d’achlorhydrie ou d’hypochlorhydrie franche ;
  •  en cas d’altération de la muqueuse intestinale duodéno-jéjunale ;
  •  en cas de court-circuit duodéno-jéjunal.

L’absorption du fer inorganique est également influencée par certains composés de l’alimentation : l’acide ascorbique ou le fructose l’augmentent alors que le thé, les phytates, les végétaux, les phosphates la diminuent.

Le pica est une situation extrême : les sujets consomment de grandes quantités d’argile (géophagie) ou d’amidon (amylophagie) qui se lient au fer intraluminal et limitent son absorption.

Le fer héminique est absorbé beaucoup plus facilement que le fer minéral. L’absorption de cette forme de fer n’est pas influencée par l’acide chlorhydrique.

Les principales situations conduisant à une malabsorption du fer sont détaillées dans le tableau 5.2. La cause la plus fréquente est la maladie cœliaque.

Tableau 5.2 Situations cliniques aboutissant à une malabsorption du fer.
Pathologies gastriques
  •  Gastrite atrophique achlorhydrique
  •  Gastrectomie totale ou subtotale
Pathologies intestinales
  •  Maladie cœliaque (+++)
  •  Court-circuit duodéno-jéjunal (montage par anse en Y, court-circuit gastro-jéjunal pour obésité)
Autres situations
  •  Géophagie ou amylophagie (Pica)
  •  Syndrome des buveurs de thé

Carence d’apport

Les besoins quotidiens en fer de l’adulte sont d’environ 1 mg chez l’homme et de 2 mg chez la femme en période d’activité génitale. Une alimentation normale apporte environ 10 à 15 mg de fer dont seulement 5 à 10 % sont absorbés.

Une carence en fer peut apparaître soit lorsque l’alimentation est pauvre en fer, notamment héminique, ce qui est le cas lors d’un régime végétarien très strict, soit lors d’une augmentation des besoins physiologiques (grossesse, menstruations abondantes, croissance).

L’origine purement carentielle d’une anémie ferriprive demeure cependant rare et ne peut être retenue que lorsqu’un bilan a éliminé une autre cause, notamment un saignement digestif occulte.

Diagnostic de l’anémie ferriprive

Diagnostic clinique

Le diagnostic clinique est non spécifique : pâleur, asthénie, parfois dyspnée d’effort. Des signes de sévérité comme des vertiges, des palpitations ou des céphalées sont peu fréquents.L’anémie se manifeste parfois par la majoration de symptômes en rapport avec une insuffisance artérielle : angor, artériopathie des membres inférieurs, insuffisance vasculaire cérébrale.

La symptomatologie fonctionnelle est plus liée à la vitesse d’installation de l’anémie et au terrain sur laquelle elle survient qu’à son importance.

D’autres symptômes de la carence martiale chronique peuvent inconstamment être observés : perlèche, glossite avec langue rouge et lisse par atrophie des papilles linguales, ongles mous, cassants, striés en cupules (koïlonychies), dysphagie avec anneau œsophagien (syndrome de Plummer-Vinson).

Diagnostic biologique

Le diagnostic est essentiellement biologique. La numération et la formule sanguine révèlent une anémie hypochrome microcytaire, souvent associée à une thrombocytose modérée alors que la lignée blanche est normale.

L’examen de première intention est la ferritine qui abaissée affirme le diagnostic de carence sans nécessiter d’autres examens. En situation d’inflammation, d’insuffisance rénale chronique ou quand le résultat de la ferritine n’est pas contributif (valeur normale ou élevée alors que la suspicion de carence en fer est forte) : le calcul du coefficient de saturation de la transferrine (transferrine et fer sérique) peut orienter le diagnostic.

Il importe de différencier cette anémie par carence avant tout d’une anémie inflammatoire et éventuellement d’une bêta-thalassémie mineure (hétérozygote) en particulier pour des malades originaires du pourtour du bassin méditerranéen (tableau 5.3).

Tableau 5.3 Éléments biologiques distinguant une anémie par carence en fer d'une anémie inflammatoire et d'une thalassémie.
Carence en fer Syndrome inflammatoire Bêta-thalassémie
Ferritine Diminuée Normale ou augmentée Normale
Fer sérique Diminué Diminué Normal
Transferrine Augmentée Normale ou diminuée Normale
Coefficient de saturation de la transferrine (%) Diminué Normal ou diminué Normal

Le diagnostic est parfois compliqué par la coexistence d’une carence et d’un syndrome inflammatoire (ex. : cancer du côlon à l’origine d’une anémie distillante) ou par la coexistence de plusieurs carences (en folates et/ou en vitamine B12 par exemple).

Les thalassémies sont caractérisées par une érythropoïèse inefficace avec anémie microcytaire et hypochrome. Le diagnostic est apporté par l’électrophorèse de l’hémoglobine (augmentation de l’hémoglobine A2).

Enquête étiologique

Étape clinique : étape importante

L’interrogatoire précise :

  •  les antécédents ;
  •  les consommations médicamenteuses susceptibles de favoriser une hémorragie digestive (antiagrégants, anticoagulants, anti-inflammatoires, etc.) ;
  •  les troubles gynécologiques éventuels et l’abondance et la durée des règles ;
  •  les troubles digestifs éventuels (douleurs, diarrhée ou constipation d’apparition récente, rectorragies, méléna, nausées et/ou vomissements).

L’absence de signes digestifs n’exclut pas l’existence d’une lésion digestive responsable d’un saignement.

L’examen clinique cherche :

  •  une masse tumorale, notamment par le toucher rectal ;
  •  un méléna par le toucher rectal.

Examens diagnostiques de première intention

Examen gynécologique

La mise en évidence d’une lésion génitale est rare en l’absence de signes cliniques tels qu’une période menstruelle supérieure à 5 jours, la présence de caillots ou la nécessité de changements anormalement fréquents de protection.

Les saignements peuvent être favorisés par un dispositif intra-utérin ou un trouble de la coagulation.

Explorations digestives

L’exploration endoscopique digestive (endoscopie œso-gastro-duodénale et coloscopie totale) est essentielle ; la cause la plus habituelle d’une anémie par carence martiale étant une lésion digestive à l’origine d’un saignement distillant (vidéo 5.1).

L’aspect endoscopique normal est présenté figures 5.4 à 5.12 cahier quadri, planche 1.

La recherche biochimique de sang dans les selles ne doit pas être faite car elle est réservée aux malades asymptomatiques dans le cadre du dépistage de masse du cancer colo-rectal.

L’endoscopie œso-gastro-duodénale est souvent réalisée la première, l’indication de la coloscopie se faisant dans un second temps, en fonction des résultats de l’endoscopie œso-gastro-duodénale. Mais l’option de réaliser dans le même temps, sous anesthésie générale, endoscopie œso-gastro-duodénale et coloscopie totale, peut être retenue.

Compte tenu de la prévalence du cancer colique, le bilan digestif après 50 ans doit comporter une coloscopie systématique.

Si l’endoscopie œso-gastro-duodénale n’identifie pas de lésion, elle doit comporter des biopsies duodénales systématiques (à la recherche d’atrophie villositaire permettant de poser un diagnostic de maladie cœliaque). La réalisation concomitante de biopsies gastriques (antrales et fundiques) (recherche de gastrite atrophique) est recommandée (fig. e5.13A et e5.13B).

Il convient de respecter certains principes dans l’interprétation des résultats des examens endoscopiques :

  •  en l’absence d’érosion, une hernie hiatale, même volumineuse, ne peut être retenue comme cause d’anémie par carence martiale ;
  •  chez un sujet de plus de 50 ans, en cas de traitement prolongé par AINS, l’exploration ne doit pas se limiter au tube digestif haut, même si une lésion est identifiée à ce niveau par l’endoscopie œso- gastro-duodénale, car la présence concomitante d’un cancer colique n’est pas exceptionnelle (fig. 5.14 cahier quadri, planche 6) ;
  •  un polype colique non ulcéré de taille inférieure à 15 mm ne peut être considéré comme la cause d’une anémie ferriprive ;
  •  la responsabilité d’une maladie hémorroïdaire ne peut être qu’un diagnostic d’élimination, après avoir exclu formellement une autre lésion sur le tube digestif.




Attitude diagnostique de seconde intention

Quand les explorations haute et basse sont infructueuses, l’exploration de l’intestin grêle se discute.

Vidéocapsule endoscopique

Cette technologie est une avancée significative dans l’exploration de l’intestin grêle car elle est capable de visualiser la quasi-totalité de la muqueuse grêlique de façon non invasive.

Il s’agit d’un transmetteur vidéo de petite taille incorporé dans une capsule ingérable à usage unique (fig. 5.15). Les images sont transmises à un ensemble de capteurs placés sur la peau abdominale (fig. 5.15), et stockées dans un boîtier portable. En fin d’examen, les images sont transférées dans une station de travail pour analyse. L’élimination de la capsule dans les selles se fait spontanément en 48 à 72 heures.

La seule contre-indication à l’examen est l’existence d’une sténose digestive au niveau de laquelle la capsule pourrait s’enclaver. Cet examen ne doit donc pas être réalisé si l’interrogatoire découvre l’existence de symptômes obstructifs (douleurs abdominales et ballonnement post-prandiaux tardifs, nausées, vomissements).

Autres explorations

L’entéroscopie permet :

  •  l’exploration de l’intestin grêle de façon antérograde par voie haute et rétrograde par voie basse ;
  •  d’explorer en moyenne 120 à 150 cm de jéjunum et 50 cm d’iléon mais une longueur variée d’intestin grêle reste en général inaccessible ;
  •  les biopsies et de traiter certaines lésions hémorragiques (angiomes).

Le scanner spiralé (entéroscanner) et l’entéro-IRM ont des résultats supérieurs à ceux du transit du grêle pour l’identification des tumeurs du grêle.

Le transit du grêle, avec ou sans mise en place d’une sonde naso-duodénale pour injection du produit de contraste (entéroclyse) peut détecter une tumeur du grêle, un diverticule de Meckel, une maladie de Crohn, mais il est incapable de mettre en évidence les petites ulcérations du grêle (notamment médicamenteuses) ou les lésions angiomateuses. Il n’est pratiquement plus jamais fait dans cette indication.

La scintigraphie au pertechnétate-99m, qui se fixe sur la muqueuse gastrique et ses îlots hétérotopiques, peut être indiquée lorsque se discute la recherche d’un diverticule de Meckel.

Attitude diagnostique lorsque les explorations demeurent négatives

Malgré un bilan exhaustif, la cause du saignement occulte reste parfois indéterminée.Dans ces conditions, une supplémentation martiale est proposée avec une surveillance clinique et biologique.

L’apparition de nouveaux symptômes, l’échec du traitement martial ou la récidive de l’anémie à l’arrêt de la supplémentation en fer peuvent conduire à la reprise des explorations.

Traitement

Traitement étiologique

Le traitement de la cause, quand il est possible, est bien évidemment essentiel.

Traitement martial

Il est possible par voie orale dans la majorité des cas. Un régime riche en fer est insuffisant.

Le traitement martial est prescrit, chez l’adulte, sous forme de sels ferreux à la dose de 150 à 300 mg/j de fer métal. Le traitement est à prendre en dehors des repas pour améliorer l’absorption mais celle-ci est médiocre. La prise d’acide ascorbique (vitamine C) qui augmente l’absorption du fer d’environ 30 % peut être proposée.

Nausées, douleurs abdominales et diarrhée sont les effets secondaires les plus fréquemment décrits. En cas de mauvaise tolérance, la dose peut être diminuée.

La coloration noire des selles, provoquée par ce traitement, doit être annoncée au patient, ainsi que la possibilité d’interactions médicamenteuses.

En cas de mauvaise tolérance du fer oral, des perfusions intraveineuses de fer peuvent être réalisées.

L’efficacité du traitement doit être contrôlée biologiquement (hémogramme, ferritine), sans multiplier les examens. Le rythme de surveillance est adapté à la gravité de l’anémie, l’âge, la pathologie associée (en particulier cardiaque) et l’observance du traitement.

La durée du traitement martial dépend du temps de reconstitution des réserves de fer, qui est de 3 mois au minimum et du traitement ou non de la cause du saignement. Le traitement doit être prolongé au moins jusqu’à normalisation de la ferritinémie.

Lorsque la cause du saignement n’a pas été déterminée ou ne peut être supprimée, un traitement martial cyclique ou au long cours est nécessaire. Dans ce cas, il peut s’avérer nécessaire de refaire des explorations digestives, en particulier si de nouveaux symptômes cliniques apparaissent.

Surcharge en fer

La surcharge en fer est une pathologie fréquente. D’origine génétique ou acquise, l’excès de fer est associé à des lésions organiques potentiellement sévères. L’hémochromatose génétique liée à HFE (ou hémochromatose HFE) représente l’essentiel des surcharges d’origine génétique. Le syndrome métabolique et les hémopathies sont à l’origine de la plupart des surcharges secondaires.

Diagnostic d’une surcharge en fer

Une surcharge en fer peut être évoquée devant des signes cliniques évocateurs, au cours de l’exploration d’une atteinte organique évocatrice (hépatopathie, arthropathie, cardiopathie, etc.), ou dans le cadre d’une autre pathologie chronique (syndrome métabolique, hémopathie).

Diagnostic de la surcharge en fer

La ferritine et le coefficient de saturation de la transferrine sont les deux paramètres biologiques autour desquels s’articule le diagnostic. En théorie, la ferritine met en évidence la surcharge et dans un deuxième temps, le coefficient de saturation de la transferrine guide le diagnostic étiologique. En pratique ces deux examens sont souvent associés simultanément.Un coefficient de saturation de la transferrine inférieur à 45 % permet d’écarter le diagnostic d’hémochromatose génétique avec une certitude proche de 100 %. S’il est supérieur à 45 %, il signe un excès de disponibilité biologique du fer dans l’organisme, il faut confirmer sur un deuxième dosage la surcharge en fer.

La ferritinémie est proportionnelle au stock martial de l’organisme, et permet donc de quantifier la surcharge.

De nombreux facteurs peuvent influencer la ferritine et le coefficient de saturation de la transferrine (cf. § II. Exploration biologique du métabolisme du fer), il est donc impératif d’interpréter ces valeurs dans le contexte pour rechercher les facteurs confondants (hépatites chroniques, inflammation, consommation d’alcool, etc.).

Dans les situations complexes, l’IRM hépatique permet de quantifier de manière non invasive la concentration hépatique en fer et peut étayer le diagnostic. La biopsie hépatique n’a de place que si elle est indiquée pour une maladie hépatique propre (hépatite chronique virale associée, stéato-hépatite, suspicion de cirrhose).

Diagnostic étiologique

Un coefficient de saturation de la transferrine élevé, contrôlé sur un second prélèvement, fait suspecter une hémochromatose HFE et indique donc la recherche de mutation C282Y du gène HFE.La présence de la mutation C282Y du gène HFE à l’état homozygote permet de confirmer le diagnostic d’hémochromatose génétique. La prescription de cette recherche de mutation génétique doit suivre les règles de tout test génétique et notamment celle d’un conseil génétique au cours duquel sera recueilli le consentement écrit du malade.

Dans le cadre du syndrome métabolique, une authentique surcharge en fer peut être présente, il s’agit alors d’une hépato-sidérose métabolique. Elle se présente par une hyperferritinémie avec un coefficient de saturation de la transferrine normal. C’est à l’heure actuelle la cause la plus fréquente de surcharge en fer en hépatologie.

L’interrogatoire et l’examen clinique rechercheront les causes de surcharges secondaires qui sont les diagnostics différentiels :

  •  surcharge d’apport : transfusions massives ou itératives, hémodialyse chronique ;
  •  maladies chroniques du foie (une surcharge est fréquente au cours de la cirrhose quelle qu’en soit la cause, il est parfois alors difficile de différencier la cause de la conséquence) ;
  •  porphyrie cutanée tardive ;
  •  hémopathies : dysérythropoïèses, myélodysplasies, anémies hémolytiques.

Hémochromatose

L’hémochromatose HFE est une maladie autosomique récessive. La mutation C282Y du gène HFE est trouvée à l’état homozygote chez 95 % des patients. Il en résulte un défaut de régulation de l’hepcidine et donc de la régulation de l’absorption du fer qui va aboutir à une surcharge en fer (cf. § I. Bases physiologiques).En France, la prévalence de l’homozygotie C282Y est de l’ordre de 1/200 à 1/1 000 (celle de l’hétérozygotie de 5 à 10 %).

Les patients hétérozygotes ne développent aucun symptôme, et seule une partie (10 à 50 %) des patients homozygotes va développer une surcharge significative : la pénétrance est incomplète. Les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans la sévérité de la surcharge (habitudes alimentaires, consommation d’alcool, surpoids, pathologies associées).

Des formes très rares, impliquant des mutations d’autres gènes de la régulation de l’hepcidine (hémojuvéline, récepteur 2 de la transferrine), le gène de l’hepcidine ou de la ferroportine eux-mêmes, peuvent entraîner des hémochromatoses juvéniles ou de l’adulte souvent très sévères.

Histoire naturelle

L’hémochromatose évolue en 4 phases (fig. 5.16) :

  •  première phase : totalement asymptomatique (stade 0) ;
  •  deuxième phase : une surcharge en fer uniquement biologique apparaît. Le coefficient de saturation de la transferrine est d’abord augmenté de façon isolée (stade 1). La ferritinémie ne s’élève que dans un 2e temps (stade 2) ;
  •  troisième phase : apparition des symptômes cliniques (stade 3) : fatigue, arthralgies. Elle apparaît à partir de l’âge de 30 ans ;
  •  quatrième phase : apparition des lésions viscérales (stade 4) secondaires à une surcharge majeure. Elle ne se manifeste en général qu’à partir de l’âge de 40 à 60 ans.

À âge égal, les femmes ont une surcharge en fer moindre que les hommes, en particulier avant la ménopause. Ceci est dû au cycle menstruel réalisant une « saignée » physiologique prévenant la surcharge en fer.

Signes cliniques

Signes généraux : l’asthénie est fréquente, physique, psychique et également sexuelle.Signes cutanés et des phanères : mélanodermie (en rapport avec une augmentation de la sécrétion de mélanine et non pas avec un dépôt de fer). La dépilation, les cheveux fins et cassants sont en rapport avec l’hypogonadisme.

Atteinte ostéo-articulaire (souvent révélatrice) : atteinte des petites articulations distales de la main (touchant souvent les 2e et 3e articulations métacarpo-phalangiennes : « poignée de main douloureuse »). D’autres articulations peuvent être touchées (poignet, hanche, genou, épaule). La symptomatologie est de rythme inflammatoire. Des accès pseudo-goutteux peuvent survenir. Les signes radiologiques, sont une arthropathie sous-chondrale avec pincement de l’interligne articulaire, microgéodes, condensation sous-chondrale, avec possibles lésions de chondro-calcinose. Une ostéoporose est fréquente.

Atteinte hépatique : hépatomégalie qui peut être marquée. Les tests hépatiques sont peu ou pas perturbés. Augmentation modérée des transaminases prédominant sur l’ALAT, en général inférieure à 3 fois la normale. L’atteinte hépatique peut se compliquer d’une cirrhose, principalement en présence de cofacteurs (alcool, hépatite C ou syndrome métabolique…). Elle est rarement associée à une hypertension portale ou à une insuffisance hépato-cellulaire. Le risque de carcinome hépato-cellulaire est élevé.

Le diabète est un signe tardif. Il est secondaire à la diminution de l’insulino-sécrétion du fait de la surcharge en fer des cellules bêta des îlots de Langerhans mais aussi à l’insulino-résistance en lien avec la maladie hépatique.

Atteinte endocrinologique : hypogonadisme hypogonadotrope en rapport avec la surcharge en fer au niveau de l’hypophyse : impuissance, diminution de la libido, atrophie testiculaire. Chez la femme, il n’y a pas de ménopause précoce. Les autres atteintes endocriniennes (hypothyroïdie, insuffisance surrénalienne), le plus souvent d’origine centrale, sont exceptionnelles.

Atteinte cardiaque : troubles du rythme et insuffisance cardiaque, avec cardiomégalie, et atteinte de la fonction ventriculaire en échographie. Il s’agit d’une myocardiopathie dilatée, rarement restrictive.

À l’exception de l’atteinte articulaire, les manifestations extrahépatiques augmentent en prévalence avec le niveau de surcharge en fer.

Bilan lésionnel

Le bilan lésionnel systématique d’une hémochromatose HFE dépend du stade de la maladie au diagnostic.

  •  Au stade 0 : sans symptôme, coefficient de saturation de la transferrine < 45 %, et ferritinémie normale : aucun examen complémentaire ni de traitement n’est initialement justifié. Tous les 3 ans, interrogatoire, examen clinique, ferritinémie, coefficient de saturation de la transferrine permettent d’évaluer la progression de la surcharge en fer et de rediscuter la conduite thérapeutique.
  •  Au stade 1, sans symptôme, coefficient de saturation > 45 % mais ferritinémie normale : pas d’examen complémentaire, pas de traitement, et de façon plus rapprochée, chaque année, interrogatoire, examen clinique, ferritinémie, coefficient de saturation de la transferrine.
  •  Aux stades 2, 3, et 4, il faut chercher les atteintes suivantes : pancréatique (glycémie à jeun), hépatique (transaminases, échographie, et ± biopsie hépatique [cf. infra]), cardiaque (échographie pour les stades 3 et 4), gonadique (dosage de testostérone s’il s’agit d’un homme), osseuse (ostéodensitométrie en présence de cofacteurs d’ostéoporose tels qu’un hypogonadisme ou une ménopause). Une orientation vers un spécialiste est à conseiller en fonction de la clinique et en cas d’anomalie du bilan, tout particulièrement si la ferritinémie est supérieure à 1 000 μg/L.

Diagnostic des lésions hépatiques

La biopsie hépatique, avec coloration de Perls affirme la surcharge en fer, montre sa distribution hépatocytaire et sa prédominance périportale (gradient décroissant des zones périportales jusqu’aux zones centro-lobulaires). Elle permet une évaluation semi-quantitative de l’excès en fer et apprécie le degré des lésions hépatiques, en particulier l’importance de la fibrose. Elle permet enfin de déterminer la concentration intrahépatique en fer, étroitement corrélée aux réserves en fer.La biopsie hépatique n’est pas systématique. Lorsqu’il n’y a pas d’hépatomégalie, que la ferritinémie est inférieure à 1 000 μg/L et que l’activité de l’ASAT (non valable pour l’ALAT) est normale, le risque de cirrhose est pratiquement nul. C’est uniquement en présence de l’un de ces signes qu’une biopsie hépatique est indiquée (et impérative), pour estimer le degré de fibrose hépatique.

Les marqueurs non invasifs de la fibrose hépatique n’ont pas encore été validés dans l’hémochromatose.

L’imagerie hépatique par IRM permet une quantification précise et non invasive de la concentration hépatique en fer (l’hyposignal du parenchyme hépatique lié au fer est corrélé à la charge intrahépatique).

Diagnostic génétique

L’homozygotie pour la mutation C282Y fait partie de la définition de l’hémochromatose HFE. La recherche d’une pathologie génétique ainsi que l’explication du diagnostic sont associées à des obligations légales (cf. items 8 et 48), nécessitant une consultation spécialisée.La recherche de la mutation C282Y est à envisager dans 2 situations.

À titre individuel

  •  Mise en évidence d’un coefficient de saturation de la transferrine > 45 %, après exclusion des autres causes.
  •  Devant des signes cliniques, biologiques, d’imagerie ou d’histologie suggérant une hémochromatose.

À titre familial

Lors du diagnostic d’homozygotie C282Y chez un patient (qui est donc un cas index, ou probant), un dépistage familial doit être proposé. La conduite sera adaptée en fonction du niveau de l’anomalie, de l’âge et du sexe du ou des parents concernés.

Il est proposé aux apparentés du premier degré la détermination du coefficient de saturation de la transferrine, de la ferritinémie ainsi que la recherche de la mutation C282Y du gène HFE. La recherche de la mutation n’est faite chez le père et la mère du porteur qu’après mise en évidence d’une surcharge martiale biologique.

La recherche de la mutation ne doit pas être faite chez les mineurs.

Il faut expliquer au patient l’intérêt pour ses frères et sœurs, ses parents, ses enfants majeurs, et d’autres parents naturels de ses enfants, de participer à une enquête génétique. Un dépistage précoce permet le diagnostic, et donc le traitement, avant l’apparition des complications.

Attention : l’information des apparentés sur ce sujet relève du seul patient. Il est donc impératif d’expliquer à ce dernier, lors d’une consultation spécialisée, l’intérêt pour ses apparentés de participer à l’enquête génétique. Tout test génétique est à accompagner d’un dosage du coefficient de saturation de la transferrine et d’un dosage de la ferritinémie.

La recherche de la mutation est remboursée par la Sécurité sociale pour les malades ayant une perturbation du bilan martial ou un sujet apparenté à un porteur de la mutation C282Y.

Traitement et suivi du patient

Soustractions sanguines

Le traitement de l’hémochromatose génétique repose sur les soustractions sanguines (saignées). L’érythropoïèse compensatrice va puiser dans les réserves de fer, éliminant ainsi progressivement la surcharge en fer. Le traitement se fait en 2 phases : le traitement initial cherche à évacuer la surcharge en fer, le traitement d’entretien prévient sa reconstitution.

Un régime pauvre en fer n’est pas indiqué, mais la limitation de la consommation d’alcool est à conseiller, voire une abstinence en cas de cirrhose.

Éviter les prescriptions de fer ou de vitamine C (qui favorise l’absorption du fer).

Les soustractions sanguines (saignées) :

  •  7 mL/kg par semaine (maximum 550 mL, à diminuer si sujet âgé et/ou antécédents vasculaires) ;
  •  phase initiale : tous les 7 à 10 jours pour éviter que les stocks de fer ne se reconstituent entre chaque saignée. Jusqu’à obtention d’une ferritine ≤ 50 μg/L ;
  •  phase d’entretien : les saignées sont espacées progressivement (1 à 3 mois), leur volume et leur périodicité sont ajustés pour maintenir une ferritinémie ≤ 50 μg/L.

Leur tolérance est évaluée sur le plan clinique (tension artérielle, pouls) et hématologique (numération-formule sanguine mensuelle). Elles peuvent être effectuées à domicile après réalisation de 5 saignées en milieu hospitalier, à condition qu’un protocole soit écrit, que l’infirmière reste présente le temps de la saignée, que la gestion des déchets soit assurée, et qu’un médecin soit joignable si nécessaire.

La ferritinémie est à contrôler toutes les deux saignées et le taux d’hémoglobine dans les huit jours précédant la saignée. Il faut suspendre les saignées en cas d’hémoglobinémie chutant en dessous de 11 g/dL.

Alternatives aux soustractions sanguines

Les chélateurs de fer sont utilisés par voie veineuse (déféroxamine) ou voie orale (défériprone et déférasirox) pour le traitement des surcharges en fer associées à une anémie. Leur tolérance moindre et les effets secondaires, plus importants comparativement aux soustractions sanguines, font qu’ils ne sont envisageables que dans les cas exceptionnels de contre-indication ou de non-faisabilité de la soustraction sanguine. L’érythrophérèse peut aussi être, rarement, une alternative.

Suivi à long terme

Outre le traitement d’entretien par soustractions sanguines, il ne faut pas oublier la prise en charge spécifique des lésions organiques si elles existent : suivi cardiologique, endocrinologique, rhumatologique.

En cas de cirrhose, le suivi régulier des complications de la cirrhose est impératif (cf. chapitre 15) : dépistage du carcinome hépato-cellulaire par échographie et dosage de l’alphafœtoprotéine tous les 6 mois, dépistage des varices œsophagiennes par fibroscopie œso-gastro-duodénale (et traitement préventif si indiqué), surveillance de la fonction hépatique au moins annuelle (TP, albumine, bilirubine totale, transaminases, γ-GT).

Pronostic

La survie des malades atteints d’hémochromatose génétique rejoint celle de la population générale, lorsque la désaturation est obtenue avant l’installation d’une cirrhose. En cas de cirrhose constituée, une amélioration clinique et biologique est souvent notée mais le risque de carcinome hépato-cellulaire est présent, même après désaturation.

Hépato-sidérose métabolique

C’est à l’heure actuelle la cause la plus fréquente de surcharge en fer. Elle se définit par l’association d’un syndrome métabolique et d’une surcharge hépatique en fer. Elle doit être différenciée de la simple hyperferritinémie liée au syndrome métabolique.

Diagnostic

La définition du syndrome métabolique a longtemps été hétérogène et dépendante des sociétés savantes à l’origine de la définition.Suite à d’importants efforts d’uniformisation les critères suivants sont maintenant les plus utilisés :

  •  tour de taille ≥ 94 cm chez l’homme et ≥ 80 cm chez la femme (ce qui équivaut approximativement à un indice de masse corporelle > 25 kg/m2, ces valeurs sont à adapter en fonction de l’origine ethnique) ;
  •  triglycérides ≥ 1,7 mmol/L (ou présence d’un traitement spécifique) ;
  •  HDL cholestérol < 1 mmol/L (ou présence d’un traitement spécifique) ;
  •  tension artérielle systolique ≥ 130 mmHg et/ou diastolique ≥ 85 mmHg (ou présence d’un traitement spécifique) ;
  •  glycémie à jeun ≥ 1 g/L (5,56 mmol/L) (ou présence d’un traitement spécifique).

La présence d’au moins 3 de ces 5 critères pose le diagnostic de syndrome métabolique.

Dans ce contexte, la ferritine est élevée mais le coefficient de saturation de la transferrine est normal. Pour objectiver la surcharge en fer, il est nécessaire d’évaluer la concentration hépatique en fer, le plus souvent par une IRM hépatique, la biopsie hépatique n’étant indiquée qu’en cas de suspicion de cirrhose ou de maladie associée. La surcharge en fer est en général modérée (≈ 2 à 3 fois la limite supérieure de la normale).

Dans la moitié des cas une stéatose, voire une stéato-hépatite non alcoolique, peut être associée. Inversement un tiers des patients présentant une stéato-hépatite non alcoolique peuvent avoir une hépato-sidérose métabolique.

Histoire naturelle

La physiopathologie de l’hépato-sidérose métabolique reste incertaine. Il s’agit d’une surcharge en fer acquise et donc sans anomalie génétique identifiée. Il existe un lien étroit avec l’insulino-résistance, cette dernière pouvant entraîner une surcharge en fer, et inversement la surcharge en fer présente dans l’hépato-sidérose métabolique aggravant l’insulino-résistance.La surcharge reste toujours modérée et il n’existe donc pas de retentissement organique comme cela peut être observé au cours d’une hémochromatose génétique. Cependant les atteintes associées peuvent évoluer pour leur propre compte (par exemple stéato-hépatite et cirrhose, facteur de risque cardio-vasculaire et cardiopathie).

Prise en charge

Le traitement vise à prendre en charge les anomalies liées au syndrome métabolique présentes au diagnostic : traitement des troubles lipidiques, de l’hypertension artérielle, du diabète.Cependant, l’amélioration du syndrome métabolique et les mesures hygiéno-diététiques ne permettent pas la normalisation du stock en fer de l’organisme. L’intérêt de la normalisation de la charge en fer par la réalisation de soustractions sanguines reste indéterminé à ce jour et les saignées ne peuvent donc être systématiquement recommandées.

Anémie
  1.  La carence martiale prolongée est à l'origine d'une anémie hypochrome microcytaire arégénérative. La ferritinémie est très basse et le coefficient de saturation très diminué.
  2.  Cette anémie doit être distinguée d'une anémie inflammatoire et d'une bêta-thalassémie.
  3.  La cause essentielle est un saignement chronique (digestif ou gynécologique) alors que les malabsorptions et les carences d'apport sont beaucoup plus rares.
  4.  Le saignement chronique est lié dans plus de 90 % des cas au saignement d'une lésion digestive.
  5.  Le bilan digestif est fonction des symptômes. En l'absence de signes d'orientation, il doit comporter une endoscopie haute à tout âge qui est associée systématiquement à une coloscopie après 50 ans.
  6.  Des biopsies duodénales (± gastriques) doivent être systématiquement réalisées lorsque l'endoscopie œso-gastro-duodénale ne révèle pas de lésion macroscopique.
  7.  L'exploration du grêle repose en première intention sur la vidéocapsule endoscopique. Elle n'est envisagée qu'après avoir réalisé une voire deux endoscopies hautes et une coloscopie totale. L'entéroscopie est indiquée pour biopsier et/ou traiter les lésions grêliques décelées par la vidéocapsule.
  8.  Le traitement de la cause du saignement est essentiel.
  9.  Le traitement martial est prescrit, chez l'adulte, par voie orale sous forme de sels ferreux jusqu'à normalisation de la ferritinémie.
  10.  Lorsque la cause du saignement n'a pas été déterminée ou ne peut être supprimée, un traitement martial cyclique ou au long cours est nécessaire.
Surcharge en fer
  1.  L'hyperferritinémie n'est pas forcément synonyme de surcharge en fer, la recherche des facteurs confondants est impérative (lyse cellulaire, alcool, inflammation…).
  2.  L'hémochromatose HFE est en rapport avec la mutation homozygote C282Y.
  3.  Le conseil génétique nécessite information et consentement. Le dépistage familial concerne en particulier la fratrie.
  4.  L'examen de dépistage est le coefficient de saturation de la transferrine qui est élevé.
  5.  L'hémochromatose évolue en 4 phases :
    •  stade 0 : asymptomatique ;
    •  stade 1 : élévation isolée du coefficient de saturation de la transferrine ;
    •  stade 2 : le coefficient de saturation de la transferrine et la ferritine sont élevés ;
    •  stade 3 : apparition de signes cliniques : asthénie et arthralgies ;
    •  stade 4 : apparition de lésions viscérales (cirrhose, diabète, cardiopathie, etc.).
  6.  L'imagerie hépatique par IRM permet une estimation précise de la charge hépatique en fer.
  7.  La biopsie hépatique n'a d'indication qu'en cas de suspicion de cirrhose pour en préciser la sévérité pronostique (ferritine > 1 000 μg/L, et/ou hépatomégalie, et/ou ASAT > N).
  8.  Les principales complications de l'hémochromatose HFE sont hépatiques (cirrhose et carcinome hépato-cellulaire), cardiaques, diabétiques, gonadiques et ostéo-articulaires.
  9.  Le traitement repose sur les saignées.
  10.  L'objectif du traitement est d'obtenir une ferritinémie de l'ordre de 50 ng/mL.
  11.  L'hépato-sidérose métabolique est la cause la plus fréquente de surcharge en fer acquise. Le coefficient de saturation de la transferrine est normal et la ferritine élevée, la concentration hépatique en fer est modérément augmentée. La prise en charge passe par celle du syndrome métabolique. L'intérêt des saignées reste à établir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *